• Espèce de mollusque.

    Un fois par an je suis malade. Je veux dire je me soigne une fois par an, quand c'est vraiment dur de supporter le mal de crâne, comme aujourd'hui.
    (Attention, je préviens de suite, je vais râler et me lamenter).

    Mon corps est tout fragile. Je déteste cette vulnérabilité, cette mollesse.
    Quand je me lève je suis parfois prise de vertige. Quand je tourne les yeux dans n'importe quel sens, ça tire. J'ai les jambes qui tremblent presque à force de monter et descendre les escaliers parfois.
    Je suis lamentable. Je déteste ce que me renvoie le miroir. Je suis blanche. Sans expression. Qu'une enveloppe de peau pitoyable. Je sais, mon vocabulaire est peut-être exagéré, mais je suis en colère contre moi.
    En colère d'être sans interêt, de n'être qu'une personne qui subit sa vie.
    De ne pas avoir de qualité particulière, de ne rien savoir, de ne rien apporter... Oui ça doit encore être une crise existencielle.
    Est-ce que c'est possible de ne pas se connaître après 16 ans ?
    Je me descends toute seule...
    Je suis un poison pour moi. Je ne vis que quand je suis avec les autres. Sinon je ne suis qu'une larve qui reste collée devant un écran à ne rien saisir de ce qui lui passe sous les yeux.

    Je ne vais même plus chercher à me comprendre, j'ai vraiment des passes étranges parfois.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :